Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 10:17

     Nous allons mettre en évidence la répétition de l'erreur signalée sur la page "Attaquons Turing"

et cela à partir de la logique utilisée par Alan Turing utilisant sa machine universelle "U" (1936).

 

la littérature établit comme suit la procédure qu'il a utilisée:

 

    -  Un algorithme d'arrêt existe pour le couple :   {machine  Universelle U, donnée (d) }

Les clauses liées à cette existence sont :      - Arrêt  si (d) peut être traitée

                                                                                 - Boucle infinie, sinon.

 

     Procédure :

 

           A) Si (d) est différent d'un code pour une machine de Turing   =>  RETOUR

                                    ( 1ere boucle infinie, conforme aux clauses d'origine)

 

    sinon     

           B)  (d) est multipliée par 2  :.....on crée la donnée ( 2.d )

 

           C)  On test l'algorithme d'arrêt pour le couple   { U,  2.d} 

                           - Si l'arrêt est possible  => RETOUR  en  C)  +  redémarrage  :  <=> Boucle infinie

   sinon

           D)  Arrêt.....c'est à dire que si  la machine U ne peut traiter (2.d)

 

Les étapes A,B,C,D  établissent le PROGRAMME- H, défini par le code (h)

 

En   C et D ,   il y a inversion des clauses d'origine :

                                     en C ... boucle infinie si arrêt de U par rapport à (2.d)

                                     en D ...arrêt

 

Un noeud artificiel a été créé et comme dans le premier volet "Attaquons Turing", on met en doute

les capacités d'arrêt d'un calculateur confronté à une donnée;

 

Les étapes ( B,C,D) n'existent que la donnée (d) est un code compatible avec la machine U.

 

   En suite, Turing poursuit, comme dans le premier volet  en posant la question suivante :

 

                    Le programme (H) va-t-il s'arrêter pour le code (h) ?

 

C'est à dire que l'on soumet (H) à lui-même par le biais de son code(h), alors équivalent

à la donnée (d).

 

   Mais  selon moi,

                                    cela est demandé sans que les conditions de l'arrêt ne soit au préalable

établies par rapport à la donnée (h)  qui serait traitée à l'étape (A).

Il n'est pas établi, le passage de (A) vers (B) établissant alors l'augmentation de la valeur de

la donnée multipliée par 2, qui dans ce cas donnerait :

 

                              (h) x 2   =>  ( 2 . h )  à traiter

 

Or si la machine-U    traite la donnée (h) à partir de l'étape B)

      cela signifierait que c'est la donnée ( h / 2 ) qui aurait été traitée positivement en (A)

en passant vers (B) en tant que :

                                                                    2 x ( h / 2 )  =>   (h)  à  traiter.

 

 

 

                                         FRANCILLETTE thierry jules

Partager cet article

Repost 0
Published by matreadel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de matreadel.over-blog.com
  • : impressions et raisonnements mathématiques
  • Contact

Recherche

Liens